Et si la maintenance était un domaine de femme?

Et si la maintenance était un domaine de femme?

À l’occasion de la semaine des droits des femmes, nous avons rencontré Charline qui travaille depuis 2017 pour I-care dans la partie PDM Monitoring ! 👷 Forte d’une expérience dans la mécanique, nous avons voulu connaitre son opinion en tant que femme dans le domaine de la maintenance industrielle.

Actualités 8 mars 2021

Considéré comme un secteur principalement masculin, nous voulions profiter de cette semaine du droit des femmes pour mettre à l’honneur l’une de nos collaboratrices: Charline, ingénieure chez I-care depuis 4 ans.

Depuis toute petite, elle est bercée par le domaine de la mécanique, en grande partie grâce à son papa. A 16 ans, elle passe son bac S et commence des études de médecine à Marseille.

Au bout de 2 années, elle décide de quitter cette filière pour suivre sa passion inculquée par son père : la mécanique. Pour cela, elle commence un BTS CRSA et enchaîne avec une école d’ingénieur où elle passe son diplôme en alternance pour le compte d’une société Franco-italienne active dans le domaine des puces électroniques.

Le premier contact avec I-care s’est fait pendant ses 3 années d’alternance. Elle rencontrera Paul Henry et Benjamin Detober qui  lui expliqueront que si elle est toujours intéressée par le domaine de la vibration après ses études, I-care recrute des profils comme le sien.. 

C’est pourquoi, fraîchement diplômée d’une école d'ingénieur, nous avons décidé de rappeler Charline en vue de l’embaucher. En avril 2017, Charline commence chez I-care par des prestations de service ponctuelles chez nos clients du sud de la France.

Ensuite, elle changera de poste pour une durée de 6 mois, et travaillera pour le département Fiabilité depuis  notre bureau de Lyon. Depuis janvier 2019, Charline travaille sur le site de production d’un de nos clients actif dans le domaine de la chimie.

Son travail consiste à s’assurer du bon fonctionnement de plus de 500 machines en effectuant majoritairement des mesures vibratoires, des analyses d’huiles mais aussi de conseiller son client sur son plan de maintenance en vue d’une optimisation continue.

À la question “Est ce que pour toi, le monde de la maintenance est encore très masculin?” elle nous répondra “Oui (en rigolant). Beaucoup d’hommes ne comprennent pas qu’une femme puisse travailler dans ce millieu là, après il y en a qui sont curieux et d’autres qui restent très fermés.

L’expérience de Charline est un bon exemple à partager aujourd’hui pour appuyer le fait que  la maintenance industrielle n’est pas un milieu réservé qu’aux hommes et qu’il est tout à fait possible d’envisager une carrière dans la maintenance en tant que femme. 

Pour clôturer cette interview, Charline nous confie que son conseil à toutes femmes voulant se lancer dans un domaine dit d’homme est celui-ci:

“Il faut avoir confiance en soi, une femme ne vaut pas moins qu’un homme et on est tout à fait capable de faire ce qu’un homme fait”