I-care dans l'Echo: 'Nous sommes les Dr.House des machines industrielles'

I-care dans l'Echo: 'Nous sommes les Dr.House des machines industrielles'

L’Echo part à la rencontre des champions wallons. Votre quotidien vous emmène à la découverte de pépites wallonnes et des produits qui font leur renommée. Ce samedi, visite chez I-care, une entreprise montoise devenue en moins de quinze ans un acteur mondial de premier plan dans la maintenance prédictive des machines industrielles.

Actualités 26 novembre 2018

Le journal L'Echo a consacré un article sur I-care, afin de mettre en exergue son ascension fulgurante. 

©Kristof Vadino

©Kristof Vadino

Quand il doit présenter son entreprise, Fabrice Brion fait toujours appel à la même analogie provenant du monde médical. Lui-même en sourit, car cela fait quasi 15 ans qu’il l’utilise. Mais elle est tellement efficace qu’on lui donne volontiers la parole pour la déclarer. "Vous allez chez le médecin quand vous êtes malade pour savoir ce que vous avez. C’est la même chose avec nos capteurs qui mesurent des paramètres tels que les vibrations, les ultrasons émis, les dégagements de chaleur afin de déterminer à quel moment une machine se montrera défaillante", déclare donc le CEO d’I-care pour nous raisonner. C’est ce qu’on appelle la maintenance prédictive. Et c’est le premier métier de la société qu’il a créée il y a bientôt quinze ans.

"Ensuite, vous pouvez aussi vous rendre chez le médecin pour essayer de vivre le plus longtemps possible en bonne santé et dans ce cas, vous allez mesurer par exemple votre tension, votre cholestérol et mettre en place un traitement préventif. C’est notre second métier: la fiabilisation. Via des check-ups, nous faisons en sorte que nos clients soient confrontés à moins de pannes et surtout, le moins souvent possible. Tant en matière de maintenance prédictive que proactive, nous faisons de toute manière dans l’anticipation. Mais attention, on n’est pas des chirurgiens. On ne fait que le diagnostic. C’est pourquoi je dis que nous sommes les Docteurs House des métiers industriels. Car comme lui, on n’opère pas." Fin de l’analogie.

Lire la suite de l'article