Qu’est-ce que l’efficacité énergétique ?

Selon la norme ISO 50001 :2011, l’efficacité énergétique est définie comme « un ratio, ou autre relation quantitative, entre une performance, un service, un bien ou une énergie produits et un apport en énergie ».

L’amélioration de l’efficacité énergétique correspond à une réduction des consommations d’énergie, tout en gardant le même service rendu ou bien produit.

Environnement et productivité

Le dérèglement climatique n’est plus une chimère. Une meilleure gestion des ressources et des polluants est devenue une priorité pour la majorité des gouvernements dans le monde comme en atteste les accords de Paris sur le climat (COP21).

Pour pouvoir atteindre ses objectifs de réduction d’émissions de gaz à effet de serre (-20% pour 2020), l’Europe n’a pas d’autre choix que de compter sur l’amélioration de l’efficacité énergétique, et cela dans plusieurs domaines dont les principaux sont le transport, le bâtiment et surtout l’industrie.

De plus, avec la reprise de la croissance économique et dans un contexte mondial toujours plus compétitif, les industries européennes ne peuvent plus se permettre de négliger cette part importante que représente la consommation énergétique dans leurs coûts d’exploitation.

Quelques chiffres pour illustrer ces coûts souvent cachés ou ignorés :

  • Des fuites d’air comprimé peuvent représenter jusqu’à 30% de la consommation électrique liée à la production d’air comprimé.
  • Un purgeur défaillant peut laisser passer de 4 à 30 kg/h de vapeur et représenter ainsi un coût annuel supplémentaire de près de 1.000 EUR.
  • Une conduite de vapeur de 10 mètres non calorifugée peut elle aussi représenter jusqu’à 1.000 EUR de perte annuelle.

Il existe pourtant des solutions pour réduire ces pertes et dérives énergétiques. La réalisation d’un audit énergétique est la première étape en vue de les identifier.

L’audit énergétique 

L’objectif de l’audit énergétique est de situer l’entreprise d’un point de vue énergétique en vue de réduire les consommations et les coûts énergétiques.

Cet audit permettra de déterminer les axes d’amélioration et d’identifier les « quick-wins » ainsi que les améliorations énergétiques plus élaborées.  On entend par « quick-win » toute action facile à mettre en œuvre et apportant un résultat quasi-immédiat.

Des exemples de quick-wins ou d’améliorations énergétiques plus élaborées consistent à travailler sur la récupération de chaleur, l’utilisation rationnelle de l’énergie, la détection des fuites d’air comprimé, l’isolation, le calorifugeage, la régulation optimisée des HVAC (T°, HR, etc), l’éclairage et l’utilisation d’énergies renouvelables.

 

Les étapes de l’audit énergétique

Afin d’apporter des solutions et des résultats concrets, l’audit énergétique doit être réalisé de façon structurée et méthodique. Voici la méthode suivie par I-care :

  1. Questionnaire de performance énergétique (QPE)
  • Evaluer la performance énergétique actuelle
  • Définir les axes d’amélioration
  • Identifier les quick-wins et les améliorations énergétiques plus élaborées
  1. Analyse des consommations actuelles
  • Analyse des factures
  • Relevés sur site
  • Conversion en énergie primaire et CO2
  • Répartition des consommations
  1. Etude des pistes d’amélioration
  • Calcul des économies potentielles
  • Estimation de la faisabilité technique

En complément ou dans la suite logique d’un audit énergétique, divers services d’inspection avec calcul des pertes énergétiques associées peuvent s’avérer utiles :

  • Détection des fuites d’air comprimé par ultrasons
  • Inspection des purgeurs défaillants
  • Inspection de l’étanchéité des vannes
  • Thermographie IR (bâtiment, calorifugeage, efficacité des échangeurs, etc)